Logements neufs : le niveau d'avant crise presque atteint

logements-neufs

Avant tout, les réservations continuent de croître plus rapidement que les ventes de maisons neuves. En effet, les réservations de logements neufs en France métropolitaine ont augmenté. Et cela, pour le troisième trimestre consécutif, selon les statistiques publiées aujourd’hui par le ministère de la Transition écologique. Avec 30 500 unités réservées, soit près de 3 000 de plus en trois mois. Finalement, il ne reste donc plus que 5 000 unités pour revenir aux niveaux d’avant crise au dernier trimestre de 2019.

L’écart entre les précommandes et les prix demandés se creuse

Les niveaux de l'offre et de la demande au premier trimestre 2021 étaient légèrement inférieurs à ceux du premier trimestre 2019.

Analyse du ministère

Le nombre cumulé de réservations et de ventes réalisées entre avril 2020 et mars 2021 a fortement baissé par rapport aux 12 mois précédents.

communiqué de presse

Forte croissance des prix individuels

Néanmoins, les réservations de maisons unifamiliales ont augmenté de 17,4% pour s’établir à un peu moins de 2 000 unités. « Le cumul des réservations effectuées au cours des quatre derniers trimestres est inférieur à celui des quatre précédents ». C’est notamment le cas pour les studios, la seule superficie affichant une baisse des réservations comparé au premier trimestre 2020.

Zone B2 attractive

De plus, au cours de l’année écoulée, seule la zone B2 a connu une augmentation de l’offre et de la demande. La zone B2 comprend des villes centralisées de 50 000 à 250 000 habitants. Dans la zone B1, la baisse annuelle est de – 25,1% pour l’offre et – 15,1% pour la demande. La zone B1 correspond aux villes dont la population dépasse 250 000 habitants.

Ceci est la conséquence de la crise sanitaire ainsi que l’augmentation des prix dans les métropoles. Cela impacte donc les logements neufs dans les zones B1.