Professionnels du BTP : le défi des innovations

Dématérialisation des postes de travail, BIM, drones… Pour près de neuf professionnels du BTP sur dix, l’affaire est close : la construction est un domaine d’innovation.

le-defi-des-professionnels

Selon l’enquête « emplois » de Fed Construction*, 63 % des professionnels du domaine voient les innovations comme une opportunité d’évoluer dans leur métier. Ils se concentrent avant tout sur le développement des technologies des télécommunications, des nouvelles technologies de l’imagerie et des équipements web intelligents ou connectés.

Les exosquelettes et l'impression 3D restent encore faibles chez les professionnels du BTP

Le télétravail et la dématérialisation des postes de travail se classent en tête des innovations les plus utilisées par les répondants. A noter également la dématérialisation des procédures administratives et des outils BIM. Ainsi que des outils de suivi de gestion et d’organisation du groupe.

La crise va stimuler le développement de nouvelles technologies dans le BTP

Mais six personnes interrogées sur dix imaginent que la crise va stimuler le développement de nouvelles technologies. Mais aussi, démocratiser certaines innovations déjà existantes dans la vie quotidienne du chantier.

Les défis ? Tout d’abord, améliorer les conditions de travail des ouvriers du bâtiment, en augmentant la sécurité et en réduisant la pénibilité. Autres objectifs : favoriser une meilleure conception des projets et une meilleure efficacité organisationnelle. Ainsi que de réduire le temps de réalisation des travaux.

Opportunités d'évolution de carrière

Les répondants ont également indiqué, dans une moindre mesure, l’automatisation et la dématérialisation des procédures administratives. Tout comme les outils de suivi de gestion et l’impression 3D, mais aussi la robotique et l’IA.

* Enquête menée par Fed Construction auprès de 140 candidats. Ceux-ci sont des professionnels de la maîtrise d’œuvre et travaux en poste ou en recherche d’emploi. Autre apport de l’étude, 22 % d’entre eux demeurent encore circonspects, car ils s’interrogent sur l’impact de ces innovations sur leur travail.