Décarbonation des chantiers véhicules et engins

Lors du dernier Rendez-vous Mondial du Bâtiment le 2 juillet, une enquête a été menée sur le moteur thermique du bâtiment pour la décarbonation des chantiers pour les véhicules et les engins.

décarbonation des chantiers véhicules et engins

L’occasion pour quatre intervenants professionnels d’échanger sur la décarbonation des chantiers. Et donc avec un focus particulier sur les engins de chantier et les modes de transport. La construction n’est pas le seul facteur qui affecte l’empreinte carbone d’un site.

Ainsi, les véhicules utilitaires, les camions de livraison et les équipements d’occasion sont également responsables des émissions de CO2. C’est le constat fait lors du dernier Rendez-vous du Mondial du Bâtiment le 2 juillet. Axée sur la décarbonation des chantiers pour les véhicules et les engins, la table ronde a réuni l’intervention de quatre experts. Ils ont discuté des résultats d’une enquête menée en juin 2021.

Une longue opération diesel à remplacer

D’après Hugues-Marie Aulanier, responsable de la stratégie et responsable de l’application Carbon 4, il faudrait :

  • Faire une transition à l’électricité ou à l’hydrogène carbone,
  • Divisez l’empreinte carbone de l’utilisation des équipements par un facteur de 3 à 10

Alors quelle est la raison de ce manque de représentation des énergies vertes ? Le facteur financier est effectivement à prendre en compte. En effet, en France, la vente et la location de matériel représentent :

  • Un chiffre d’affaires de 12 milliards d’euros
  • 50 000 salariés
  • 2 200 entreprises

60 % d’entre elles sont de très petites entreprises de 10 à 15 salariés. Ce qui est très coûteux pour ces entreprises d’investir dans de nouveaux équipements, surtout en ce moment de crise.

Énergie verte totale ou mix de solutions ?

Dans une industrie où tout fonctionne actuellement au diesel, s’appuyer sur une autre énergie posera des défis. En effet, en termes d’autonomie des équipements, de recharge et d’approvisionnement en énergie…

Sans parler de la prouesse technique que cette transition totale impliquera. Il y aura un remplacement d’une centaine de milliers d’équipements et cela ne se produira qu’à long terme.

Alors quelle serait la meilleure solution ? Un mix énergétique ?

Il n’y a pas de solution meilleure les unes que les autres. Ainsi, il faut au contraire utiliser les meilleures énergies en fonction des usages. L’électricité a déjà fait ses preuves dans les véhicules particuliers. Concernant les biocarburants, on sait que l’offre actuelle est inférieure à la demande potentielle et ils ne sont pas tous égaux.